Implantation de faux souvenirs
Accueil » Implantation de faux souvenirs

Implantation de faux souvenirs

Après l’écholocalisation, voici un autre sujet abordé dans RéValité pour lequel je me base sur des expériences réelles (que j’extrapole un peu cette fois) : l’implantation de faux souvenirs.

Total Rat-call

Théodore Berger, auquel O’Sullivan fait référence dans RéValité, a en 2011 réussi à effacer des souvenirs et en créer d’autres artificiels chez le rat. Il procède à un apprentissage puis bloque l’accès à cette connaissance avec une drogue. Le rat perd la faculté d’accomplir la tâche apprise. En injectant dans un implant l’enregistrement du souvenir, le rat peut à nouveau accomplir cette tâche. De même, en injectant le souvenir dans un rat “vierge” qui n’a pas été entrainé, il acquiert les connaissances apprises par le premier et est capable d’accomplir la tâche sans avoir eu à l’apprendre.

Quand j’ai fait mes recherches, l’optogénétique n’existait pas encore, du moins pas sous ce nom, mais voilà ce qu’elle est capable de faire.

Des souris et des hommes

On en est pas encore à greffer une mémoire artificielle dans un cerveau humain comme dans ce poisson d’avril de 2014, mais la DARPA a lancé cette année là un programme visant à améliorer la mémoire. En 2017, la prothèse cérébrale a permis d’améliorer de 30% la mémoire des sujets de l’expérience en reproduisant la façon dont le cerveau traite les souvenirs.

Implantation de faux souvenirs de guerre chez des soldats

Une puce n’est même pas obligatoire ! Des chercheurs hollandais ont fait une étude sur le stress post-traumatique et en on “profité” pour réaliser une expérience sur les faux souvenirs. Lors d’un débriefing, ils ont glissé des allusions à une fausse attaque. Sept mois plus tard, 26% des soldats avaient assimilés le souvenir de cette attaque comme une réalité !

Bien sûr on ne sait pas comment ils ont implanté ces faux souvenirs concrètement….

Implantation de faux souvenirs dans RéValité

I have a dream

Pour trouver comment Calista avait pris le contrôle des souvenirs de Gaïa, j’ai donc approfondi mes recherches sur les souvenirs et les processus de mémorisation. Deux éléments revenaient fréquemment. Les émotions ancrent les souvenirs et Le sommeil paradoxal joue un rôle essentiel dans la consolidation de la mémoire. C’est pour cette raison que je fais référence à celui qui a découvert le sommeil paradoxal : Michel Jouvet, et à ses travaux.

Pourquoi la puce de Gaïa est dans son hippocampe ?

L’hippocampe est une structure clé de la mémoire mais ce n’est pas le lieu de stockage des souvenirs. Il sert en quelque sorte de table des matières stockant le chemin d’accès aux différents éléments du souvenir. Son rôle est surtout lié à la mémoire autobiographique. C’est exactement ce dont j’avais besoin pour implanter à Gaïa ses diverses identités.


Vous aussi vous trouver que la réalité dépasse souvent la fiction ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code