Aller au contenu
Battle littéraire enquête chez les faës
Accueil » Battle enquête chez les faës

Battle enquête chez les faës

  • par

Après avoir lu le Prince Cruel et enchainé sur les autres tomes de la série du peuple de l’air de Holly Black, j’avais envie de me replonger chez les faës, mais de changer de la young adult. J’ai trouvé sur Simplement Pro, trois premiers tomes de séries qui promettaient des enquêtes dans le monde des faës. Un thème parfait pour cette battle littéraire 🙂

Le temps des Corbeaux de Debby Egg : Les forces de l’ordre faës mènent l’enquête

Le temps des corbeaux, couverture du tome 1 où l'on suit l'enquête d'un membre des forces de l'ordre faës

Format : Ebook Kindle en français (SP)

Editeur: Autoédition

Personnages principaux : Dolly Saint Clair, Élio, Nash

Les plus :

  • La found-family,
  • Le côté dark,
  • L’univers très riche.

Les moins :

  • La romance bancale au début,
  • La suite n’est pas encore disponible.

L’ombre des faës de Rina B Owen : Une prisonnière humaine résout le meurtre d’un puissant faë

Couverture de l'Ombre des Faës

Format : Ebook Kindle en français (SP)

Editeur: Imaginary Edge Editions

Personnages principaux : Héléna, Govac

Les plus :

  • Les descriptions,
  • Le monde des nymphes,
  • Les auras.

Les moins :

  • Manque de fluidité,
  • Fautes,
  • Manque de cohérence.

Les enfants de Lùghë de Carole Schiaratura : Enquête faë dans une cité universitaire

Couverture du tome 1 des enfants de Lùghë, une enquête dans une cité universitaire faë

Format : Ebook Kindle en français

Editeur: Autoédition

Personnages principaux : Adaline, Benjamin

Les plus :

  • L’originalité et la diversité des créatures,
  • Toutes les relations (amicales, familiales, amoureuses),

Les moins :

  • Les fautes !!!
  • Des jumeaux pas si psychopathes que ça.

Le point commun

  • L’enquête chez les faës. Dans ces trois romans, nous suivons une enquête pour résoudre un ou des meurtres en lien avec les faës.

Les différences

  • C’est une humaine entourée de faës qui mène l’enquête dans L’ombre des Faës alors que ce sont des faës à l’insu des humains dans les 2 autres romans. Les forces de l’ordre officielles dans la série de Debby Egg et un ordre secret dans celle de Carole Schiaratura.
  • Un univers de type urban fantasy pour Les enfants de Lùghë et Le temps des Corbeaux et plus médiéval fantastique pour le troisième.

Résultats du Battle de ces 3 enquêtes chez les faës

(basés sur mon nouveau barème pour les chroniques littéraires)

Le temps des CorbeauxL’Ombre des FaësLes enfants de Lùghë
Titre⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️
Couverture⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️
Synoptique⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️
Mise en page / Narration⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️
Fautes⭐️⭐️⭐️⭐️
Personnages principaux⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️
Personnages secondaires⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️
Dialogues⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️
Relations⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️
Univers⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️
Descriptions⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️
Intrigue⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️
Début⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️
Fin⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️
Style⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️
Addictivité⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️
Originalité⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️
Promesse tenue⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️
Message⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️
Goût perso⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️
Note19/2011/2014/20

Classement :

  1. Le temps des corbeaux
  2. Les enfants de Lùghë
  3. L’ombre des Faës

Quelle enquête au pays des faës lire ?

Le choix a été très facile vu qu’un des romans sort nettement du lot.

Le temps de corbeaux sans hésiter

Dès la couverture, on voit que ce roman sort des sentiers battus. Elle est esthétique (la police pour le mot corbeaux est juste parfaite) et après avoir lu le livre, on se rend compte de l’attention aux détails. Même la mise en page est bien travaillée, j’ai beaucoup aimé les corbeaux en séparateur de scènes. Les annexes en début et fin de romans apportent un vrai plus.

Après cette mise en appétit, on rentre directement dans le vif du sujet avec un début captivant. Nous suivons Dolly Sinclair, représentante des forces de l’ordre des faës sur terre, pour sa dernière mission en date. L’auteure arrive habilement à lancer l’intrigue tout en nous faisant découvrir son univers, sa hiérarchie sociale et magique et en glissant des indices capitaux pour la suite. Très vite, on veut savoir pourquoi Doll est reléguée aux missions sans intérêt, quel est son traumatisme, qui est ce IL qui semble être derrière son PTSD, sans parler de son ancienne addiction… Et bien sûr quel est le lien entre les divers incidents faës dont on l’écarte.

Les personnages secondaires sont plutôt nombreux et même si certains manquent un peu d’approfondissement dans ce tome comme ceux du Nid, ça laisse espérer en apprendre plus sur eux dans la suite de la série. Le côté found-family est parfaitement maitrisé et l’on s’attache autant que Doll à son sccoby-gang. En revanche, la romance bat un peu de l’aile au début. On oscille à un rythme un peu anarchique entre le crush sur le supérieur, le retour de l’ex, un triangle amoureux et un ennemy-to-lover. Une fois le véritable intérêt amoureux stabilisé, le rythme devient plus cohérent et on finit par adhérer à la romance.

L’univers est riche et bien approfondi, les « créatures » classiques comme les vampires et les métamorphes sont présents, mais pas sur le devant de la scène. Les corbeaux, piglet et autres élémentaux cotés « gentils » et les seelies côtés « méchants » leur volent la vedette apportant un peu de fraicheur au genre et renforçant l’originalité de ce roman.

L’intrigue est prenante et avance à un bon rythme, nous tenant en haleine jusqu’à la prochaine révélation. J’ai eu un peu de mal avec le twist final, mais il avait l’avantage d’être totalement inattendu et une fois digéré, je m’y suis faite. À la fin, toutes les questions soulevées trouvent des réponses et de nouvelles découvertes annoncent un second tome tout aussi captivant.

Je dirais que ce roman est parfaitement imparfait comme ses personnages et je lirai la suite avec grand plaisir.

De très bonnes idées pour les enfants de Lùghë, mais qui mériterait une bonne correction !

J’ai aimé la simplicité et le style ancien de la couverture, qui conviennent parfaitement au roman en plus, mais le cadre est à mon avis en trop. Il est brouillon, difficilement reconnaissable, trop proche et écrase le titre de la série et le nom de l’auteur. Le titre de la série est sympa, celui du tome bof et même après la lecture du roman, je ne vois pas de « rapport ».

Le synoptique est prometteur, mais j’ai été gênée par deux points. Premièrement, après quelques pages, je me suis rendu compte que le livre était truffé de fautes : mauvais auxiliaire, mauvaises lettres, mots en trop ou manquants voir mauvais mots (émettre fin à un appel). Une faute ou une typo de temps en temps ça passe, mais ici la fréquence m’a de nombreuses fois sortie de ma lecture. Deuxièmement, les jumeaux sont présentés comme psychopathes, mais rien ne vient appuyer cette affirmation. Cyrielle un peu plus à la fin du roman, mais pour Adam et Adaline, c’est plus un fait établi a accepté tel quel. Ça ne m’a pas empêché d’apprécier ces personnages, mais j’ai eu l’impression qu’on me forçait la main au début.

Les nombreux personnages secondaires sont attachants et suffisamment bien construits pour apporter un réel plus au roman. La relation fraternelle des jumeaux est touchante, comme l’évolution de la relation entre Adaline et Ivan. La romance est bien menée et j’ai apprécié les touches d’humour. L’originalité et la diversité des créatures que l’on croise dans cet univers sont le point fort du roman. L’intrigue tient la route et avance à un bon rythme, seules les révélations sur le passé des enfants de Lùghë et celui de Benjamin, délivrées au goutte à goutte par des flash-back qui arrivent un peu de façon anarchique, m’ont laissé sur ma faim. Je suppose qu’on en saura plus dans le prochain tome.

L’ombre des faës à un univers prometteur, mais un manque de fluidité dans la forme et de cohérence dans le fond

La couverture est esthétique, même si elle fait plus penser à un roman young adult. Le titre et le synoptique sont prometteurs. La mise en page est travaillée, notamment les entêtes de chapitres.

Dans la forme, il manque parfois des mots ou un mot proche phonétiquement, mais avec un sens qui n’a rien à voir est utilisé, il y a aussi des typos, mais surtout de nombreuses erreurs de temps n’ont cessé de me sortir de ma lecture : « Une fois que je connaissais assez bien les terres et le palais, je m’éclipserais comme une voleuse. ». Et c’est peut-être une vue de l’esprit, mais j’ai eu l’impression que le nombre de fautes augmentait au cours de ma lecture.

Je n’ai pas adhéré au style de l’auteure non plus. La volonté d’éviter les répétitions est louable, mais se fait trop ressentir et alourdit le récit, tout comme les tournures de phrases parfois bancales et l’usage de prépositions pas adaptées. Ce que j’ai le moins apprécié, c’est d’avoir l’impression qu’on m’impose une interprétation non justifiée des évènements décrits. Comme quand Héléna s’offusque que l’empereur « adresse la parole de façon aussi irrespectueuse » à Médina alors qu’il lui a simplement fait une demande et avec un “s’il te plaît“ en plus.

Le manque de cohérence se retrouve chez Héléna. Elle passe d’une chose à son contraire dans le même paragraphe. C’est censé être une petite bergère sans expérience, mais elle sait tout de suite par où commencer son enquête. Elle s’est laissé écraser toute sa vie par ses pairs dans son village, mais elle désire le respect et se rebelle parmi les faës dès son arrivée. Les personnages secondaires sont juste survolés malgré l’intérêt qu’ils pourraient présenter.

La relation ennemies to lovers promise est bien présente, mais son évolution semble forcée et superficielle.
Après un prologue des plus intriguant, la trame avance à un bon rythme jusqu’au meurtre. Après, c’est plus irrégulier et la fin m’a laissé un goût d’inachevé. L’assassin est dévoilé, mais pas ses raisons ni ses complices.
L’univers et les descriptions sont les points forts de ce roman, j’ai particulièrement aimé le monde des nymphes.
Le cliffhanger final est appétissant, mais au vu de ma lecture laborieuse de ce roman, il n’est pas suffisant pour me donner envie de lire la suite.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Le Mas de Gaïa